L'installation, un art de la déambulation

Publié le par Sandrin

Dans le cadre d'une conférence en histoire de l'art  sur "le temps et les espaces",  j'ai confectionné une petite vidéo pour illustrer la notion  du temps, éminemment subjective, et celle de l'espace qui se dévoile dans une déambulation propre à chacun, souvent  alentie par ce souci de pénétrer les énigmes que nous proposent les installations d'artistes ; je ne sais si ma vidéo en approche l'idée. 

Saraceno au Palais de Tokyo a investi tout l'espace : sans doute y-a-t-il trop à voir, sans doute certains éléments font-ils un peu gadget. Je ne saurais dire si j'ai apprécié ou non. J'ai pris la visite à l'envers, remontant à contre courant les salles, parfois me posant, parfois passant vite. Les araignées et leurs toiles, véritables points d'attraction, ne peuvent que subjuguer. C'est beau. Cela pourra-t-il suffire pour renouveler notre regard sur ces mondes qui nous sont étrangers ? Il est pourtant plus que temps de décaler/déconstruire notre regard, beaucoup trop anthropocentré.  A hauteur d'hommes, le monde se donne dans toute sa variété, son abondance, mais reste encore bien opaque parce que notre intelligence est limitée, parce que nous sommes limités, à  moins que l'on ne s'ouvre aux Autres,  Animal mon semblable, Arbre mon frère, et qu'on fasse bouger les frontières et   éclater nos croyances, - taire notre arrogance.  

Publié dans Art, Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article