Dans le nu de la vie, Jean Hatzfeld

Publié le par Sandrin

Dans le nu de la vie, récits des marais rwandais, Jean Hatzfeld

Dans le nu de la vie, récits des marais rwandais, Jean Hatzfeld

Maintenant, nous grattons la terre de la parcelle. Nous préparons le manger, en riant quand nous pouvons, pour rapprocher les enfants  de la gaieté. Mais nous ne célébrons plus  les anniversaires, parce que ça nous peine de trop, et que ça coûte  trop d'argent. On ne se dispute jamais, même pas  une seule fois par hasard,  parce qu'on ne trouve ni comment ni pourquoi.  Parfois on chante des chansons d'école. Les deux petites filles sont retournées en classe. Jean-de-Dieu, lui, il est trop pensif depuis qu'il a reçu un coup de machette  sur la tête. Il aime rester assis, sans compter les heures, le menton dans sa main. Un jour Chantal est partie se marier avec un prénommé François, mais on continue à se rendre visite. Moi, je ne vois pas mon mariage, à cause des petites sœurs et d'autres empêchements. Je rencontre trop d'hésitations autour de moi. En vérité, je ne me sens pas très à l'aise avec la vie. Je n'arrive plus à réfléchir au-delà du présent.

Jeannette Ayinkamiyé, 17 ans, cultivatrice et couturière, colline de Kinyinya. 

Emouvant ? sans doute. La beauté de la langue,  cette pudeur qui affleure, la simplicité du propos qui va à l'essentiel, qui dit beaucoup en peu de mots. Et dans cet extrait tout particulièrement, ce mot de "gaieté", posé là comme un devoir rendu aux plus jeunes, une nécessité pour dire que la vie continue malgré l'horreur, l'incroyable expérience par où sont passés ces rescapés, revenus de l'enfer, tentant de lui survivre. Jean Hatzfeld a ainsi recueilli les témoignages de ces Tsutsi survivants d'un génocide, qui ont vu leurs parents massacrés, qui ont dû subir rapts, viols, qui se sont terrés pour tenter d'échapper à la mort, qui ont gouté à la terreur et au sang, qui ont touché à l'impensable et qui trouvent encore la force de raconter, l'énergie même pour rire un peu. 

Publié dans A lire urgemment

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article